L’AGRESSIVITE, C’EST MAL?

⏳ Temps de lecture : 3 min
Attention, cet article se fait l’avocat du mal

L’agressivité, un mot qui fait peur.
Au moindre signe d’agressivité de leur chien, je vois beaucoup de maîtres paniquer. Il est hors de question que mon chien soit agressif, pas de ça chez moi. Je ne veux pas avoir à m’inquiéter à chaque fois qu’on croise un chien, un enfant, une trottinette, lorsqu’il mange, quand vient le facteur, ou que sais-je encore.

Mais attention, l’agressivité n’a rien d’anormal! Elle est indésirable pour les maîtres, c’est autre chose.

Je vais donc m’attarder sur cet aspect de l’agressivité qui est très mal compris.

🔷 Saviez-vous que l’agressivité est avant tout un INSTINCT? 
Et ça, c’est très important de le comprendre, parce qu’un instinct est (au départ) utile à la préservation de l’espèce. Les instincts ne sont pas là par hasard. L’agressivité chez le canidé a permis entre autre de réguler leur population sur le territoire, de sélectionner les individus les plus efficaces, de défendre leurs petits, etc.
Comprendre que l’agressivité est un instinct permet déjà de ne plus la voir comme une anomalie.

🔷 Mais, et c’est le revers de la médaille pour les maîtres, un instinct c’est aussi :

  • très fort : les instincts engendrent les comportements les plus difficiles à canaliser (pensez par exemple aux instinct de prédation, de reproduction, d’alimentation, etc.)
  • spontané : encore un point très important et souvent mal compris. Les chiens ne sont pas des robots qui ne feraient que réagir aux éléments extérieurs. C’est l’erreur que font les éducateurs prônant « l’absence de frustration totale ». En éliminant les facteurs extérieurs susceptibles de déclencher l’agressivité du chien, on espère maîtriser ses pulsions. Erreur, leurs pulsions surgiront malgré tout.
  • l’instinct a besoin de s’exprimer à tout prix ! Empêchez-le de percer, il trouvera son chemin. Empêchez un border collie de chasser les moutons, il chassera les ombres…

🔷 La bonne nouvelle c’est que le chien descend du loup et le loup fait partie des espèces vivantes ayant développé les meilleurs inhibitions de leur agressivité. Pourquoi ? Parce qu’ils sont pourvus naturellement d’armes redoutables (crocs, griffes, force) bien trop puissantes, et si une bagarre sanglante éclatait à chaque altercation entre congénères, l’espèce aurait disparu de la planète depuis bien longtemps déjà…
Le loup, et donc le chien par héritage, a appris à freiner ses instincts agressifs. Pour se faire, il a développé de multiples tactiques, très ancrées dans son être.

🔷 Autre point important, certains chiens sont naturellement plus agressifs que d’autres. On parle ici de l’inné, de la génétique. Il n’y a pas un gène de l’agressivité, cependant, en reproduisant systématiquement les individus agressifs sur quelques générations, on obtiendra… des chiens de combat.

Un lieu commun, véhiculé aussi bien par les particuliers que par les professionnels du chien, est de justifier systématiquement l’agressivité du chien par un manquement du maître : manque de socialisation, d’éveil, mauvaise éducation, etc. Ce n’est pourtant pas toujours le cas. 

🔷 Heureusement, l’acquis aussi a son rôle à jouer : socialisation, expériences, apprentissages volontaires ou non, éducation… Il évitera à un chien qui n’est pas hyper-agressif de le devenir, et aidera à tempérer les autres.
Note : un chien qui devient agressif de par son vécu risque également de transmettre cette agressivité à sa progéniture! D’où l’importance de bien connaître les parents du chiot que vous adoptez.

➡️ En conclusion, tous les chiens ne naissent pas égaux à devenir de bons chiens modèles. Le chien reste un animal complexe, tout n’est pas blanc ou noir. Si votre chien vous semble agressif, demandez conseil à votre éducateur(ice) préféré(e).

🤔 Et pour aller plus loin…: 
Les bons éleveurs de chiens de compagnie le savent, ils ont un énorme rôle à jouer dans la sélection génétique des géniteurs. Choisir des individus non hyper-agressifs semble être du bon sens. 
Même en France, les portées issues de parents présentant des troubles du comportement sont légion et présentent un véritable problème de société. Beaucoup de chiens n’ont plus d’inhibition agressive suffisante, communiquent mal, etc. Les bénéfices de l’évolution du canidé peuvent être balayés en un revers de main par l’homme.
C’est un fait.
Cependant essayons de pousser ce raisonnement de la « bonne sélection » à l’extrême. A maîtriser totalement la sélection canine, j’oserai dire à jouer les apprentis sorciers, je ne peux m’empêcher de me poser des questions sur ce que l’on fait du chien. Que va-t-il rester de ses instincts ? En éteignant complètement les pulsions agressives, ne risque-t-on pas d’éteindre autre chose ? Konrad Lorenz, éthologue autrichien, a étudié le lien entre les pulsions et les aptitudes chez certains êtres vivants. Il explique par exemple chez l’homme le rapport entre l’agressivité et l’affection, ou encore… le rire ! L’agressivité est en quelque sorte un moteur pour l’individu.  
Le danger que je vois personnellement est d’avoir des chiens ayant moins d’allant, moins de motivation, moins de force de caractère, qui communiquent moins, moins affectueux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *