Parler de son chien c’est parler de soi

Temps de lecture : 1 min
Attention, article entre vous et moi

Pour mener à bien ma mission d’éducatrice je dois comprendre le chien qu’on me présente… et pour comprendre ce chien, j’ai besoin de connaître son maître. Or cela demande au maître un certain degré de confiance pour se dévoiler à une inconnue…

Le jour de l’évaluation, le maître va se raconter à moi à travers son histoire avec son chien (et le chien lui ne se gène pas pour cafter en ma présence…😜). C’est pourquoi la démarche de faire appel à un éducateur canin n’est pas si facile si vous voulez mon avis, et demande une bonne dose de courage.

C’est un peu comme si j’ouvrais un nouveau livre à chaque nouvelle évaluation. En me faisant rentrer chez lui le maître me fait forcément un peu entrer dans son intimité, son foyer… pas simple !

Pourtant je suis souvent étonnée de la facilité avec laquelle les maîtres se livrent voire se laissent emporter par leurs émotions. Comme si parler de son chien faisait tomber les barrières, facilitait toutes les confidences. Car parler de son chien c’est avant tout parler de soi…

Les histoires de vie sont remplies de peines comme de joies, toutes ces choses qui rendent un maître serein ou anxieux, gai ou colérique, sûr de lui ou insécure, généreux ou égoïste… Mon rôle est de faire prendre conscience au maître des émotions qu’il renvoie à son chien.

Tout cela s’accompagne pour le maître de la crainte d’être jugé, de s’entendre dire que tout est de sa faute. Car c’est un fait, quand un chien présente un problème c’est de la faute de l’humain (lui ou un autre) d’une façon ou d’une autre et peut-être le sait-il déjà.

Allez sur n’importe quel forum ou groupe de discussion sur l’éducation canine, vous serez vite submergé par les reproches et les accusations qui sont faites systématiquement aux maîtres. Pas simple aujourd’hui de demander de l’aide sans se faire lyncher.

Pour ne pas se sentir jugé, il s’agit d’accorder sa confiance à son interlocuteur. Et cette confiance qui m’est accordée dans ces moments-là me touche énormément, c’est un aspect de mon métier qui fait qu’il est si extraordinaire.

Sans cette confiance mutuelle un travail de rééducation est voué à l’échec.

Alors à vous qui me faîtes confiance ou qui m’avez fait confiance dans le passé, je vous tire mon chapeau et je vous dédie ce texte! 🎩

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *